Combien coûte un rachat de crédit ?

Le rachat de crédit consiste à rassembler tous ses crédits en un seul afin de réduire le montant de ses mensualités. Toutefois, cette manière de procéder n’est pas sans risques. De plus, cette opération est loin d’être gratuite. Le rachat de crédit a en effet un coût qui dépend de plusieurs facteurs. Souhaitez-vous en apprendre un peu plus sur le coût du rachat de crédit ? Si oui, la suite de ce mini-guide devrait vous être d’une grande utilité.

Tenir compte des Indemnités de Remboursement Anticipé

Le coût du rachat de crédit dépend en grande partie des Indemnités de Remboursement Anticipé (IRA). Il s’agit des pénalités réclamées par la banque. Elles sont négociées à la signature du contrat de prêt. En cas de demande de remboursement anticipé, l’organisme prêteur peut les ajouter au montant total à rembourser. L’emprunteur peut ensuite les négocier selon le cas.

A lire en complément : Les compétences indispensables pour réussir dans le monde professionnel

De ce fait, l’emprunteur qui souhaite racheter le crédit doit payer une somme supérieure à celle empruntée majorée des intérêts. Pour cette opération, il n’est pas possible de négocier le montant de ces pénalités. Fort heureusement, la loi prévoit un plafond afin d’éviter les pénalités trop élevées.

En effet, les IRA sont calculées à partir d’un semestre d’intérêt au maximum. De plus, la limite est fixée à 3 % du capital restant dû. Selon les circonstances du rachat, ce pourcentage peut être revu à la baisse. De plus, il faut noter que la durée restante pour le remboursement du prêt influence également les IRA. Elles seront moins élevées si la durée est plus courte.

A lire en complément : Pourquoi déclarer le chômage partiel à la CAF ?

Afin de faciliter le calcul du coût, il est conseillé de faire appel à un professionnel du domaine. En plus de vous aider dans la procédure, il peut être très utile dans les négociations.

Tenir compte des frais de banque

En plus des IRA, vous devez tenir compte des frais de banque pour déterminer le coût du rachat de crédit. Il s’agit en réalité des frais de dossier demandés par l’organisme de prêt. Ils sont obtenus à partir du montant racheté. Les frais de banque représentent un pourcentage variable du montant du rachat. Ils varient généralement de 1 à 2.10 % selon les banques.

Il faut souligner que ces frais ne sont comptabilisés qu’après que les deux parties impliquées dans l’opération soient parvenues à un accord. Pour faire simple, vous ne serez pas obligé de payer ces frais de dossier si ce dernier est rejeté par la banque. Vous avez même la possibilité de faire une demande de devis gratuitement pour avoir une idée du montant à payer.

Tenir compte des frais de garantie

Il peut arriver que des garanties entrent en jeu lors du rachat du crédit immobilier. Il peut s’agir d’une hypothèque ou d’une caution. L’emprunteur peut en effet hypothéquer son bien immobilier auprès de la banque. Cette opération conduit à l’inclusion de nouveaux frais dans le calcul du coût du rachat. C’est le cas par exemple de la taxe de publicité foncière et des frais d’hypothèque.

Vous pouvez aussi choisir de payer une caution en guise de garantie. Elle représente généralement 2 ou 3 % du montant du prêt et doit être payée mensuellement. Il faut toutefois préciser qu’une fois le contrat de crédit arrivé à son terme, vous pourrez récupérer la somme. Si vous le désirez, vous pouvez faire appel à une tierce personne pour payer la caution.

Tenir compte de l’assurance emprunteur et du taux des crédits

Pour finir, vous devez tenir compte de l’assurance emprunteur pour déterminer le coût du rachat de crédit. Il s’agit d’une couverture qui protège la banque en cas d’invalidité ou de perte de travail du souscripteur. Elle n’est cependant pas obligatoire.

Le rachat de crédit est aussi fait en tenant compte des différents taux de vos prêts. Si ceux-ci sont élevés, il en sera de même pour le montant total à payer.

En somme, il faut retenir que le coût du rachat de crédit dépend de plusieurs facteurs. Il s’agit des IRA, des frais de banque, des garanties, des taux et de l’assurance emprunteur. Afin de déterminer le coût plus facilement, il est conseillé de faire appel à un professionnel du domaine.

Améliorer son pouvoir d’achat avec le rachat de crédit

De nombreux ménages se tournent vers le rachat de crédit en France. Et cela peut se comprendre, car un bon regroupement de prêt a de nombreux avantages. Il permet de réunir toutes vos dettes en une seule, et ainsi, de n’avoir plus qu’une seule mensualité à rembourser chaque mois. Une excellente manière de mieux contrôler votre budget. Et vous pouvez facilement découvrir le cout du rachat de votre crédit immobilier sur saba-habitat.fr.

Généralement, ces rachats de crédit vous permettent d’abaisser drastiquement le montant de vos mensualités. Tout en allongeant la durée de votre remboursement. Ce faisant, vous allez pouvoir bénéficier d’un meilleur pouvoir d’achat. Vous aurez plus de fonds disponibles et vous pourrez facilement en faire ce que vous souhaitez. En effet, votre taux d’endettement sera bien meilleur et votre reste à vivre sera plus conséquent.

En vous rendant sur le site de Saba Habitat, vous allez pouvoir utiliser un bon simulateur de rachat de crédit. Cela vous permettra de savoir si un rachat de crédit est intéressant pour vous en fonction de votre profil. Il vous suffira de renseigner différentes informations sur votre situation professionnelle et vos prêts en cours.

Comment choisir la meilleure offre de rachat de crédit ?

Mais attention, il faut bien choisir votre offre de rachat de crédit. Il y a effectivement plusieurs éléments à prendre en compte lorsqu’on souhaite regrouper ses prêts.

Le premier critère important est évidemment le taux d’intérêt proposé. Celui-ci doit être plus intéressant que les taux des différents crédits que vous avez actuellement en cours. Ne signez donc pas sans avoir étudié attentivement ce point !

Il faudra aussi regarder attentivement les frais liés au rachat de crédit : ils peuvent parfois être importants et plomber l’efficacité même du regroupement des dettes. Soyez vigilant sur ces points !

Pour bien choisir votre offre, n’hésitez pas à comparer différentes offres entre elles pour voir quelle est la plus avantageuse financièrement parlant. Vous pouvez demander plusieurs devis auprès d’établissements bancaires ou passer par un courtier spécialisé dans le rachat de crédit.

N’oubliez pas non plus que certaines conditions sont imposées par les établissements financiers pour bénéficier d’un rachat de crédit immobilier : âge minimum, situation professionnelle stable,… etc. Prenez-en connaissance avant toute démarche administrative et pensez aussi à vérifier si une assurance emprunteur équivaut mieux aux garanties qui couvrent vos besoins.

Il est possible que certains organismes puissent exiger une domiciliation bancaire ou l’utilisation exclusive des cartes bancaires du groupe financier concerné, etc.

Avant tout engagement, n’hésitez pas à lire attentivement les conditions générales proposées par l’établissement financier de votre choix.

Les avantages fiscaux liés au rachat de crédit

Au-delà des avantages financiers, le rachat de crédit peut aussi présenter certains avantages fiscaux.

En effet, si vous avez souscrit un prêt immobilier et que vous regroupez celui-ci avec d’autres crédits à la consommation en une seule mensualité grâce au rachat de crédit, vous pouvez bénéficier d’une déduction fiscale sur vos revenus imposables.

Cela concerne uniquement les intérêts payés pour le prêt immobilier qui est inclus dans l’opération de rachat. Les autres intérêts ne sont pas concernés par cette défiscalisation.

Il faut toutefois être attentif aux conditions. Si votre nouvel emprunt après le regroupement des dettes n’est plus considéré comme un ‘crédit immobilier’, mais plutôt comme un ‘crédit à la consommation’, il se pourrait alors que cet avantage fiscal ne soit plus applicable.

Pour bénéficier de cette réduction d’impôts liée au rachat de crédit immobilier, il y a certains minimums exigibles. Le montant total des intérêts annuels versés doit ainsi être supérieur ou égal à 750€ et représenter moins du tiers des revenus du foyer fiscal.

Pour résumer : même s’il est possible qu’un rachat de crédit puisse engendrer quelques frais annexes (frais bancaires spécifiques), cela reste bien souvent une solution pertinente pour retrouver une meilleure gestion budgétaire et éviter certaines situations inconfortables (retard, impayé, …) pouvant mener à un surendettement.

vous pourriez aussi aimer